CLOSE
NEXT

2017
19 mai / 26 août

Marc Couturier:

Marc Couturier

"Voyage, voyage, des aucubas aux dames de nage"

 

Marc Émile Léon Couturier est né en 1946 à Mirebeau-sur-Bèze, Côte-d’Or. Il vit et travaille à Paris.

« Marc Couturier est un voyant. Comme tel, il ne voit pas forcément ce que nous, nous voyons. Il se désintéresse de l’immédiateté des signes. Il reconnaît les choses, mais surtout il en perçoit d’autres. Il a la faculté de déceler d’autres sens, d’autres apparentements, d’autres présences dans ce qui fait l’ordinaire de notre œil. D’ailleurs il est à l’affût non pas des choses en elles-mêmes, mais de ce qu’elles pourraient devenir, de l’écart qu’elles peuvent produire, de ce qu’elles livrent soudain d’irrationnel, d’imprévu, de leurs lueurs et de leurs ombres. Il est préoccupé d’un au-delà de leur apparence. C’est un incomparable détective, qui ne voit que ce qu’il cherche, et qui le trouve infailliblement dans le foisonnement pourtant extrême où il aime à séjourner »

Henry-Claude Cousseau texte paru dans "L'Œil des mots", Paris, Editions du Relief, 2011, sous le titre "L'œuvre de Brou", pp.128 à 146.

Sur une proposition de Béatrice Guesnet-Micheli, avec la complicité de la Galerie Laurent Godin / Paris

Vernissage jeudi 18 mai 2017 dès 18:00 en présence de l'artiste

Exposition du vendredi 19 mai au samedi 26 août
du mardi au vendredi 10:00 à 12:00 et de 13:00 à 18:00 le samedi de 13:00 à 18:00 ou sur rendez-vous

> https://www.laurentgodin.com/marc-couturier

> Carton d'invitation

2017
20 janvier / 15 avril

Edmund de Waal - Lettres de Londres

L’art et l’écriture d’Edmund de Waal témoignent de sa fascination persistante envers la nature des objets, ainsi que pour les histoires qui ont mené à leur collection et à leur exposition. Céramiste depuis son enfance et écrivain de renom, son obsession pour “l’or blanc” de la porcelaine l’aura conduit à rencontrer des personnes et des lieux qui contribueront à renforcer sa compréhension de la nature du matériau. Ses installations de grande envergure de récipients en porcelaine, pour lesquels il est le plus connu, ont été exposées dans nombre de musées de par le monde. Une grande partie de son œuvre récente tourne autour des idées de la collecte et des collections, de comment les objets peuvent être assemblés, perdus, volés, dispersés. Fruit d’un dialogue entre le minimalisme, l’architecture et le son, son travail porte aussi la marque de sa passion pour la littérature.

Commissaire d'exposition: Laurence Dreyfus

Edmund de Waal naît en 1964 à Nottingham, au Royaume-Uni. En 1986, il obtient un baccalauréat avec mention de l’Université de Cambridge, puis en 1992 un diplôme d’études supérieures de l’Université de Sheffield. Depuis 2004, de Waal est professeur de céramique à l’Université de Westminster, à Londres. Parmi ses expositions individuelles récentes dans des musées, on peut citer : “Ceramic Rooms,” Geffrye Museum, Londres (2001); New Art Centre, Roche Court, Royaume-Uni (2004); “Arcanum,” National Museums and Galleries of Wales, Cardiff (2005); “Vessel, perhaps,” Millgate Museum, Newark, Royaume-Uni (2006); Kettle’s Yard, Cambridge, et Middlesbrough Institute of Modern Art, Royaume-Uni (2007); “Signs & Wonders,” Victoria & Albert Museum, Londres (2009); “Night Work,” New Art Centre, Roche Court, Royaume-Uni (2010); “Edmund de Waal at Waddesdon,” Waddesdon Manor, Aylesbury, Royaume-Uni (2012); “On White: Porcelain Stories from the Fitzwilliam,” University of Cambridge, Fitzwilliam Museum, Royaume-Uni (2013); “Another Hour,” Southwark Cathedral, Londres (2014); “Atmosphere,” Turner Contemporary, Margate, Royaume-Uni (2014); “Lichtzwang,” Theseus Temple, organisé par le Kunsthistorisches Museum, Vienne (2014); et “The lost and the found: work from Orkney,” New Art Centre, Roche Court, Royaume-Uni (2015). Quant à ses expositions individuelles les plus récentes en galerie, on peut relever : “Edmund de Waal: ten thousand things,” Gagosian Gallery, Beverly Hills (2016); et “Irrkunst,” Max Hetzler gallery, Berlin (2016).

Ses mémoires, intitulées The Hare with Amber Eyes et saluées par la critique, ont remporté le Costa Biography Award ainsi que le RSL Ondaatje Prize. En 2015, de Waal se voit décerner le prestigieux prix Windham-Campbell pour une oeuvre non romanesque par l’Université de Yale. Son dernier livre, The White Road: A Pilgrimage of Sorts, fut publié en novembre 2015.
De Waal vit et travaille à Londres.

> Vernissage le jeudi 19 janvier 18H00

 

L'EXPOSITION PRENDRA FIN LE VENDREDI 14  avril

Espace Muraille sera fermé le samedi 15 avril

2016
07 octobre / 17 décembre

Philippe Lardy - Life Forms

Philippe Lardy est un artiste suisse de retour dans son pays d’origine après une carrière de dessinateur aux Etats-Unis et en France. Life Forms cherche à renouer avec la créativité de l’enfance en un jeu qui incorpore le hasard et l’accident. Pour ce faire, l’artiste se livre à un exercice de libre interprétation à partir d’un brin de papier torsadé, inspiration de ses peintures, dessins et sculptures. Il en agrandit d’infimes parties et les recompose sur des supports variés. Ces formes vitales, ou «  microformes  », dont il est question dans le titre, «  apparaissent dans les plis des bandes de papier, symbolisant les structures de l’ADN  ». Life Forms évoque l’idée du progrès dans l’art et sa capacité à évoluer organiquement dans le temps.

Vernissage jeudi 6 octobre 2016 dès 18H00

Exposition fermée le samedi 3 décembre

Life Forms II: nouvel accrochage, sérigraphies

Vernissage et concert gratuit lundi 5 décembre dès 18H30!

 

 

> Galerie d'images

> Carton d'invitation

> http://philippelardy.blogspot.ch

2016
11 mai / 17 septembre

Shirazeh Houshiari - Les grains tourbillonnent et les ondulations se déplacent

<< To see a World in a Grain of Sand
And a Heaven in a Wild Flower
Hold Infinity in the palm of your hand
And Eternity in an hour >>

(excerpt of Auguries of Innocence / William Blake)


<< Pour moi, observer la nature est la meilleure source d’inspiration et d’enseignement. Elle est à la fois évasive et précise, chaotique et ordonnée. Afin de révéler le monde dans un champs, une pulsion ou une vague, il semble qu’aucune masse ou que rien ne soit fixe. Mais, en définitive, c’est cette attraction et cette gravité qui relient tout. >>

Shirazeh Houshiary

 

Vernissage: 16 novembre dès 18H00

Exposition: du 11 mai au 17 septembre 2016

Fermé du 27 mai au 6 juin puis du 11 juillet au 15 août

Du mardi au vendredi de 10H00 à 12H00 puis de 13H00 à 18H00

Le samedi de 13H00 à 18H00 ou sur rendez-vozs



> Galerie d'images

 

 

 

2016
08 avril / 20 avril

Arotin & Serghei - Light Impulse

Arotin & Serghei - Light Impulse
intermedial paintings & installations

Arotin & Serghei créent un univers de couleurs en superposition, en mouvement, en fusion et en éclat.


Dans leurs oeuvres, le duo combine des techniques de dessin, de composition et de montage, en utilisant des médias et matériaux innovants et en intégrant des éléments de sons, d’architecture ainsi que des concepts scientifiques et philosophiques.
En avant-première à Genève et en coopération avec museum in progress, l’exposition présente des tableaux et installations faisant partie du projet “Infinite Screen”, oeuvre d’art total, work-in-progress, initiée au Konzerthaus Wien en 2013, puis développée au Festival Ars Electronica 2014 et à la Biennale di Venezia 2015.
La démarche se poursuivra en tant qu’installation de 1300m2 sue la façade principale du Kunsthistorisches Museum à Vienne en septembre 2016.

Commissaire d'exposition: Kaspar Mühlemann Hartl - museum in progress Wien

> Vernissage jeudi 7 avril 2016  18:00

 

 

2016
27 janvier / 27 février

Sheila Hicks - Farandoulo

Le temps d’une exposition, l’artiste Sheila Hicks investit un appartement privé du XVIIIe siècle, exceptionnellement ouvert au public pour l’occasion.
 
Dans ce monument historique, nouvellement restauré, se déploient des fibres sculptées, des couleurs, des formes en évolution telle une danse: Farandoulo. Plus qu’une exposition, une proposition poétique.

du mercredi 27 janvier au samedi 27 février
 
Du mardi au samedi de 13:00 à 18:00 ou sur rendez-vous / entrée libre
 
 
APPARTEMENT PRIVE DU 1ER ETAGE
8 RUE BEAU-REGARD 1204 GENEVE
 
Accès: bus 3-5 / Palais de l’Athénée Parking: Saint-Antoine
 
En collaboration avec Espace Muraille et la galerie Frank Elbaz, Paris

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

2015
17 novembre / 13 février

Tomás Saraceno - Aerocene

Thomás Saraceno - Aerocene

Le titre de l’exposition se réfère à l’anthropocène qui désigne la période de l’histoire au cours de laquelle l’activité humaine a eu un impact significatif sur l’écosystème terrestre. Invité à la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21) à Paris, du 30 novembre au 11 décembre 2015, Tomás Saraceno y dévoilera une œuvre majeure sous la verrière du Grand Palais. En attendant, son intervention "Espace Muraille", où il se propose d’investir les lieux avec une toile d’araignée et des modules-sculptures en suspension, se veut un clin d’œil et une réponse personnelle de notre temps, tout en constituant une véritable plongée dans l’univers onirique de l’artiste.

 

VERNISSAGE lundi 16 novembre dès 18H00

Du 17 novembre au 23 décembre 2015 puis du 4 janvier au 13 février 2016

Du mardi au vendredi de 10H00 à 12H00 et de 13H00 à 18H00
et le samedi de 13H00 à 18H00 ou sur rendez-vous.

 

> Article dans le Figaro

 > Article dans Bilan

 > Article dans The gaze of a parisienne

> Article dans Follow art with me

 

> Emission radio Les MAtinales d'Espace 2 avec L. Dreyfus

> Galerie d'images Tomás Saraceno

> carton d'invitation

> tomassaraceno.com

 

2015
04 septembre / 17 octobre

Merete Larsen

Exposition d'oeuvres récentes de Merete Larsen

Du mardi au vendredi de 10:00 à 12:00 et de 13:00 à 18:00
Le samedi de 13:00 à 18:00 où sur rendez-vous

En parallèle de l'exposition Matière et senstion, avec Anish Kapoor, Olafur Eliasson, Sheila Hicks, Yves Klein...

 

> GALERIE D'IMAGES

2015
04 juin / 17 octobre

Collection particulière / Saison 1 Matière et sensation

Kapoor
Eliasson
...

 

Du 5 juin au 4 juillet et du 4 août au 17 octobre 2015

Vernissage: jeudi 4 juin 2015 dès 18:00

Du mardi au vendredi de 10:00 à 12:00 et de 13:00 à 18:00
Le samedi de 13:00 à 18:00 où sur rendez-vous

> Carton d'Invitation

> GALERIE D'IMAGES

2015
28 janvier / 02 mai

MONIQUE FRYDMAN U-TOPIE DE LA COULEUR

La question du lieu, le Topos, et notamment du lieu de la couleur, est posée en peinture, en philosophie et en poésie. Ce lieu de la couleur est défini à la fois dans sa présence, le tableau, mais aussi dans son absence, U-Topie, qui tresse le non-lieu, l’en-soi de la couleur et son lieu imaginé. Le bleu est la couleur de l’utopie, couleur purement abstraite. Le bleu du ciel est un songe, il passe de l’aube au crépuscule, de la clarté à l’obscurité.
Pour Monique Frydman, au-delà du bleu, la peinture en elle-même est une utopie. Un espace de rêve, de liberté, qui défait les contingences. Mais de quelle utopie s’agit-il ? Quelle est celle qui anime le peintre ?

Monique Frydman a ainsi pensé et conçu spécialement pour l’Espace Muraille l’exposition U-topie de la couleur. L’ensemble de tableaux et installations qu’elle y présente nous incite à cette méditation.

www.moniquefrydman.com

Commissariat de Laurence Dreyfus

Avec le soutien amical de la galerie Alice Pauli

> Biographie

> Carton d'invitation

> GALERIE D'IMAGES

 

> article dans Collection magazine (en)

> article dans Bilan

> article dans la Tribune de Genève

> article dans Art Passion

> article dans Connaissance des arts

 

2014
03 octobre / 29 novembre

Pierre Skira - Yohei Nishimura

Article paru dans le journal Le Temps

 

Pierre Skira

Né en 1938, il vit et travaille à Paris.

Pastelliste, il présentera ses oeuvres récentes.

Pierre Skira Expose chez De Bayser à Paris et  Arturo Ramon à Barcelone, après Jan Krugier à Genève et Caroline Freymond à Paris. A participé à de nombreuses expositions avec entre autres Jean le Gac, Titus Carmel, François Barbâtre. A publié des ouvrages en collaboration avec Jean-François Lyotard, Gérard Macé, et Pascal Quignard. La collaboration avec ce dernier a  fait l’objet d’une exposition au Musée de Soissons.

Ses oeuvres sont dans les collections publiques et privées en France et dans le monde.

> Carton d'invitation

> GALERIE D'IMAGES PIERRE SKIRA

 

Yohei Nishimura (西村 陽平)

Né en 1947, il vit et travaille à Chiba et Tokyo.

Cuits à 1200 degrés, miraculeusement «  fossilisés  » par la magie du four électrique agissant comme un accélérateur temporel, les fired books de Yohei Nishimura émeuvent bien au-delà de leur beauté fragile. Si le lien avec l'autodafé semble évident, c'est véritablement une conservation, voir une révélation qui s'opère, et non une destruction. Certes l'encre disparaît peu à peu durant les dix longues heures de cuisson, mais c'est à un travail de mémoire collective auquel nous invite l'artiste avec, comme point de départ, la première page intacte, suspendue au-dessus de chaque œuvre.

Fondé en 1948 par Yagi Kazuo, le mouvement Sōdeisha a contribué au développement du concept de céramique-objet (obuje-yaki) en opposition à la poterie utilitaire (yakimono). A travers ce terme ambigu, l'avant-garde a cherché à se dissocier de la sculpture, afin de maintenir cette tension dans le champ de la céramique. Mais paradoxalement, elle a ainsi contribué à la très occidentale dichotomie entre céramique et art (moderne, puis contemporain). Tandis que Yagi Kazuo initiait le mouvement avec ses céramiques noires kokuko cuites à basse température, Ryoji Koie fut encore plus radical, tantôt employant des bols industriels réduits en poudre pour mouler son visage, tantôt ramenant le concept de céramique à sa plus simple expression: «brûler des choses», traduction littérale du mot yakimono, quitte à simplement opérer une marque au chalumeau sur le sol.

Le plus souvent catégorisé comme céramiste, Yohei Nishimura a commencé par étudier la sculpture et c’est sans doute là un élément clef de sa liberté. Lorsqu'il réalise une pièce en céramique kokuko, en l'occurence un récipient, c'est pour y conserver des magazines passés au four. Lorsqu'il «brûle des choses», par exemple des livres ou des fruits, c'est pour mieux les conserver. Transcendant les contraintes auxquelles étaient confrontés les membres de Sōdeisha, son œuvre prend souvent la forme d'installations, impliquant parfois des techniques et matériaux très divers tels que le fer, le bois, le plomb ou encore des objets usuels. Pour son travail le plus récent, d'un lot de livres destinés au rebut, il n'a gardé que les couvertures. Peintes d'une façon qui n'épargne que la croix rouge les condamnant, elles sont soigneusement encadrées et recouvertes d'une couche protectrice de cire d'abeille.

A l’heure du cloud, des e-books et autres tablettes digitales, ce pionnier de l'enseignement spécialisé aux malvoyants substitue la matière et l'imaginaire au virtuel, et interpelle ainsi notre mémoire commune, universelle. N'en déplaise aux défenseurs de la dissociation entre "art" et "craft", c'est bien d'art contemporain dont il s'agit.

Commissariat: Nicolas Christol

 

> Carton d'invitation

> GALERIE D'IMAGES YOHEI NISHIMURA

 

2014
02 mai / 12 juillet

François Morellet et Tadashi Kawamata

Galerie d'images de l'exposition: Tadashi Kawamata

Galerie d'images de l'exposition: François Morellet

Article dans le journal Le Temps

 

Caroline et Eric Freymond ont donné carte blanche au galeriste parisien Kamel Mennour pour investir Espace Muraille, un nouveau lieu d'exposition dédié à l’art contemporain situé dans les fondations d’un immeuble familial au coeur de la vieille-ville de Genève. De mai à juillet 2014, on pourra y découvrir des oeuvres de deux artistes avec lesquels Kamel travaille depuis plusieurs années : François Morellet et Tadashi Kawamata, chacun occupant un niveau de l'espace d’exposition.

De Morellet, Mennour a sélectionné principalement des toiles de format carré, dont certaines s’accompagnent de néons. Si l’angle droit règne au premier abord, les carrés sont en réalité minés en leur sein par une courbe à la fois mathématique et volubile en raison des effets d’instabilité que l’artiste ménage en basculant, fractionnant et décalant ses trames et supports. Cette facétieuse quadrature du cercle est notamment à l’oeuvre dans la série des Cruibes où une sorte de maillage serré laisse envisager l’oeuvre comme le fragment d’un dessein plus grand. Mais le tableau peut se faire tondo et c’est alors à une inversion des valeurs qu’il nous confronte, le carré s’immiscent à l’intérieur et explosant en triangles tranchants et immaculés qui sont comme les facettes d’un diamant.

Pour Kawamata, le choix s’est porté quant à lui sur un ensemble de maquettes et de tableaux sur panneaux de contreplaqué. Certaines oeuvres évoquent directement les cabanes conçues lors de la FIAC 2013 à Paris pour la colonne et les immeubles de la Place Vendôme. Ce sont là des greffes analogues aux nids des hirondelles, discrètement lovés sous les charpentes, comme si la nature reprenait ses droits dans l’environnement urbain. D’autres ravivent le souvenir d’une installation à Chaumont-sur-Loire, en forme de promenade bucolique au bord du fleuve, comme sur les planches des villes côtières normandes et britanniques. Quelques Tree Huts enfin, sont emblématiques de l’oeuvre de l’artiste japonais qui crée de fragiles architectures éphémères en bois de récupération, à mi-chemin entre l’habitat de fortune et les cabanes pour enfants.

C’est précisément cette dimension enfantine qui autorise le rapprochement entre ces deux artistes qui chacun à sa façon nous livre sa poésie extrême-orientale du transitoire. L’idée d’apparier leurs oeuvres n’en est d’ailleurs pas à sa première application puisque, en guise de galop d’essai, pour l’exposition de François Morellet à la galerie Kamel Mennour à Paris, Tadashi Kawamata a créé ce printemps une passerelle de bois, sorte d’estacade qui permet de flotter au-dessus d’une installation de néons créée par son aîné. Cette exposition de Genève marque ainsi une nouvelle étape dans la poursuite de ce dialogue fructueux.

Dossier de presse

Horaires d’ouverture:
Espace Muraille est ouvert
du mardi au vendredi de 10:00 à 12:00 et de 13:30 à 18:00
le samedi de 11:00 à 18:00
ou sur rendez-vous